Il y a quelque chose que j’ai remarqué chez nos compatriotes racisés, surtout ceux d’origine maghrébine. C’est le fait de nier avoir été victime de racisme, et ce tout au long de leur vie. Cette négation est très présente chez les personnes qui ont “réussi”. “Réussir” dans la définition du capitalisme français. Des gens qui gagnent bien leur vie, qui ont un statut social. Qui sont devenues blanches socialement parlant. Ce sont, de fait, des personnes entourées d’autres personnes qui ont “réussies”. Un entourage à majorité blanc.

J’ai pour exemple deux extraits TV récents. Mais vous pourriez en trouver d’autre plus anciens, et vous en verrez d’autres dans le futur.

Le premier est l’interview de Rachida Dati chez Bourdin le 7 novembre 2019. À la question “Vous avez été victime vous du délit de faciès ?… Franchement”. Question posée par le journaliste. Rachida Dati bafouille et n’arrive pas à répondre. Ses yeux disent oui mais sa langue veut dire non. Elle essaye de formuler une réponse : “Euh, euh, non, euh, pas de délit de faciès, euh…”.  Jean-Jacques Bourdin, malin comme il est, a flairé quelque chose. Il retente quelques secondes plus tard, en changeant un peu la question : « Vous avez été victime de discrimination parce que vous vous appeliez Rachida ? ». Là c’est le naufrage. L’interviewée répond complétement à côté.

 

Deuxième exemple. Lors de l’émission Balance ton post ! du 14 Novembre 2019. Émission animée par Cyril Hanouna. Le sujet portait sur la marche contre l’islamophobie organisée le dimanche précédent. Ici on est face au même scénario. Le présentateur demande à Karim Zéribi, ancien député européen (EELV), si « les choses sont plus compliquées pour lui en ce moment », compte tenu du climat actuel. Le députe répond : “Pour moi ça ne l’est pas…”, le député rappelle qu’il a une grand-mère française et qu’il est né en France pour un peu plus loin ajouter : « Mais j’ai des amis, qui aujourd’hui se sentent en malaise ». Tout va bien pour lui, mais pas pour ses amis.

 

 

Or, ne soyons pas dupes. Ils ont tous été victimes de racisme et plus d’une fois. Ils ont aussi été discriminés à travers leur vie. Que ce soit de façon directe, indirecte, suggérée, dissimulée, avec humour ou sans humour. Ils ont surement dû atteindre une limite, un plafond de verre dans leurs carrières, à cause de leur origine. C’est un fait. Je le sais, ils le savent et vous le savez.

Pourquoi nient-ils avoir été victimes de racisme ? Parce que dans leurs subconscients et dans le subconscient du racisé (souvent maghrébin) qui veut réussir, avoir été victime de racisme est un signe de faiblesse. C’est de notre faute. On n’est pas assez bien parce qu’on n’a pas fait en sorte de l’être. Il faut être irréprochable pour réussir en France. Être intelligent, bien présenter, être “lisse”. Mais aussi ressembler au maximum au modèle imposé par la France : celui de l’homme blanc. Et, avouer avoir été victime de racisme, c’est avouer ne pas être parfait. Chose qu’un politique ou ex-politique, mais aussi un présentateur n’avouera jamais.

En quoi est-ce un problème ? Je pense que nier ce fait crée deux problèmes. Le premier est de faire culpabiliser les racisés victimes de racisme. Dans le sens où, si tu ne veux pas être victime de racisme, c’est à toi de t’en sortir socialement et financièrement pour t’en affranchir. Et si t’as été victime d’acte raciste, bah c’est peut-être de ta faute, un peu. Or nous le savons très bien que lorsque vous avez une personne raciste en face de vous, votre réussite sociale et votre compte en banque importent peu. Vous êtes condamné.e ad vitam aeternam.

Le deuxième, c’est donner raison aux fachos qui aiment donner des bons et des mauvais points aux français racisés. Ces fachos qui disent, regardez ces français bien intégrés qui ne subissent pas le racisme, pas comme les autres qui le cherchent. Les mêmes fachos qui disent à des Rachida Dati ou Karim Zéribi les phrases type : “Je n’aime pas les arabes. Mais toi je t’aime bien…” On m’a déjà sorti cette phrase. Mais malheureusement à cette époque je n’étais pas encore assez émancipé pour bien répondre.

Je vous avoue que je ne regarde que très peu la télé et que je n’écoute pas nécessairement Bourdin chaque matin. J’imagine que le ratio de racisés (à mon avis surtout les racisés maghrébins) à qui on pose la question et dont la réponse est négative est assez élevé. Et j’imagine que la même chose se passe en dehors des plateaux TV.

Cet article n’est pas une attaque contre Rachida Dati ou Karim Zéribi. Au contraire, je trouve dommage que des personnes qui peuvent servir d’exemple desservent par leurs réactions les autres français racisés.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.