La journaliste Jennifer Padjemi a recueilli des témoignages de voyageuses noires dans différentes parties du monde. Et, comment dire, l’acueil qui leur est fait est assez déconcertant.

Extraits

«J’aime découvrir le monde, mais le sentiment n’est pas réciproque. Il y a un décalage entre ce qu’on montre du voyage et la réalité, qui est qu’en tant que femmes noires, certaines parties du monde peuvent être moins, voire pas accessibles pour nous.»

[…]

Jessica Nabongo n’a eu des soucis que dans «des pays occidentaux». «Je me suis sentie le moins en sécurité à Miami, à Paris et à Rome et j’ai vécu des moments formidables en Macédoine ou en Bosnie, par exemple.»

Lire la suite sur Slate

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.