Une des premières choses à faire lorsqu’on veut changer les mentalités et combattre les discriminations est de commencer par conscientiser son entourage. Lorsqu’on est racisé.e, il y a de fortes chances que notre entourage le soit aussi, au moins en partie. Commencer par conscientiser les racisés de notre entourage serait donc la première chose à faire. Ils sont les premiers concernés. Malheureusement cela ne veut pas dire que le travail sera aisé.

 

Être conscient de notre condition

Tous les racisés ne sont pas conscients de leur condition de racisés. Celle où on te dit t’es français, mais on ne te dit pas que tu n’auras pas les mêmes chances dans la vie qu’un français blanc (comprendre non-racisé). Cette place dans la France qui te demandera plus d’efforts pour trouver un travail au niveau de tes compétences, de trouver un logement, d’accepter d’être recalé.e dans certains endroits ou mal servi.e, mal regardé.e. Cette condition où tu seras moins payé.e que ton collègue ou moins souvent promu.e…

Il faut être absolument conscient que les racisés ne vivent pas à armes égales avec les autres français. Être conscient de cela est le début de l’émancipation et de l’aboutissement d’une vie complétement épanouie.

 

Nous sommes tous égaux

Ce que je vais écrire va peut-être paraitre étrange mais je voulais réitérer ce qui est pour moi évident. Nous sommes et nous devrons toujours être égaux : Entre humains. Entre français. Entre hommes et femmes. Entre chaque origine et religion. Entre chaque couleur de peau. Entre chaque orientation sexuelle… Tous les privilèges qui existent ne sont que l’invention des hommes. Partir de ce principe, c’est comprendre que l’on a tous autant le droit d’accéder à, et de jouir de, tout ce que la France propose, tout ce que le monde propose. Étudier, travailler, louer, acheter, accéder aux plus hauts postes, voyager, s’amuser… Il faut absolument être conscient que nous avons le droit, la capacité et l’intelligence d’accomplir ce que n’importe quelle personne qui ne fait pas partie d’une minorité peut faire. À tout chose égale par ailleurs, en étant né dans la même classe sociale, et travaillant aussi durement qu’une autre personne non racisée, la différence de progression et d’accomplissement viendra de la discrimination à l’origine, couleur de peau, religion, genre, orientation sexuelle, etc. C’est en étant conscient que ces discriminations existent et tout le mal qu’elles font, en étant conscients que subir ces discriminations n’est pas de la faute du racisé, victime d’un système inégale, que l’on pourra avancer.

 

Désacraliser l’Occident

Qu’il est triste de voir autant de racisés sacraliser quasi systématiquement tout ce qui est occidental et mépriser ce qui est africain, asiatique ou arabe. Que ce soit au niveau de la culture ou de la beauté. Ou même des modes de vies. Non, être blanc et avoir des cheveux lisses n’est pas plus beau (ou moins beau) qu’être noir ou avoir la peau foncée ou les cheveux crépus. Le mode de vie occidental n’est pas en tout point parfait et meilleur que le mode de vie maghrébin ou asiatique par exemple. Les modèles de beauté ont tellement été dominés par les occidentaux blancs. Représentés que par des blancs, en grande majorité. Que beaucoup de racisés ont eux-mêmes ces mêmes modèles de beauté en tête. Pour certains d’entre eux, être en couple avec une blanc ou une blanche est même synonyme de réussite sociale.
Il y a énormément de travail à faire sur regard que le racisé porte sur les autres racisés et le regard qu’il porte sur les blancs. Ceci devra faire l’objet d’un autre article plus détaillé.

 

Ne cautionnons plus les clichés racistes

Nous avons tous déjà été témoins d’un blanc faisant une blague sur les noirs, les arabes, les chinois ou les indiens. Faire une blague sur un racisé, et dire que c’est de l’humour. Ce n’est peut-être pas la fin du monde penserez-vous mais si les racisés autour rigolent et ne remettent pas en cause ce que cette personne dit, on donne un peu raison aux propos cachés derrière le ton de l’humour. Il faut faire attention aux soi-disant blagues clichées du type ” les arabes sont des voleurs, sont violents ou machos”, “les noirs parlent avec un accent très prononcé, ils ne sentent pas bon” et “ne sont bons qu’en sport”, “les chinois qui mangent du chien”, etc.

Si un blanc fait des blagues sur les racisés, posons-nous la question s’il en fait autant sur les blancs. Si un racisé fait une blague sur les racisés, en présence de blancs, personnellement je ne rigole plus et je précise que c’est juste un cliché.

 

Soyons fiers de ce que nous sommes

Soyons fiers d’être d’origine malienne, algérienne, vietnamienne, sri lankaise, marocaine, martiniquaise, sénégalaise… Pas dans le sens du fier blanc qui se croit au-dessus des autres mais dans le sens fier et ouvert aux autres. Voyons dans notre double culture une chance et utilisons-la pour être égaux aux autres. Égaux dans notre façon de nous voir et de voir nos compatriotes. Soyons fiers et soyons aussi sûrs de nous-mêmes. De ce qu’on peut accomplir et apporter à notre société. Ayons confiance en nous, en ce que nous ressentons. Ne nous laissons pas atteindre par ce que d’autres disent ou pensent de nous ou de notre communauté. De la façon dont, eux, ont décidé d’hiérarchiser les gens.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.